Toile du 9 janvier 2015

Issue des liens publiés sur Twitter, la sélection du jour :

– Fait pas beau fumer : jumeaux fumeurs et non-fumeurs

– Ah bah voilà, c’était donc ça : Des scientifiques montrent qu’un livre change la vie, biologiquement

– CQFD, grosse grosse surprise, sur ce coup-là : Mise en évidence d’un faible niveau d’empathie chez les conducteurs agressifs

– Pas surprise du tout, là, en revanche (c’est bien leur genre) : badass potatoes

– ça bosse dur à Rennes 2 : Et pendant ce temps-là en STAPS…

– les oreillers pas si neutres que ça : The bird’s revenge.

C’est tout pour aujourd’hui… Et c’est déjà pas mal !

Toile (chagrine) du 8 janvier 2015

#JeSuisCharlieJe Suis Charlie par @joachimroncin

 

L’émouvant hommage de Sophia Aram à Charlie Hebdo

 

 

 

Philippe Val : « C’est l’arme absolue, le rire. C’est l’arme de la démocratie ».

 

 

 

M’sieur Houellebecq, arrêtons de parler du pire… Chronique radio hier qq heures avant…

Toile du 3 janvier 2015

Issue des liens publiés sur Twitter depuis fin mars 2013 -date de la dernière toile du jour, bonjour- , la sélection du jour :

– un chat et un léopard, tous deux noirs : Black Leopard vs. Black House Cat – Rich Kuras

– du même auteur, il pleut des chats : Raining cats

– curieux de savoir comment ces vidéos ont été réalisées ? Suivez le guide…

– de bien belles images du « Concours de Castells » vu du haut, impressionnante perspective : David Oliete : au sommet des tours humaines de Tarragone

– une bien belle démonstration, sur le vif… : Alors les enfants, c’est comme ça qu’on allume l’WHARRBARGARBL !

– Allez, parce que vous le valez bien, une petite dernière pour la route : Asterix chez les freaks

C’est tout pour aujourd’hui… Et c’est déjà pas mal !

On n’est plus à un paradoxe près ;-)

Hello !

Dans la série « tout est parfaitement cohérent »…

Connaissez-vous Framasoft ? Avez-vous déjà fait des sondages via Framadate ? Pris des notes en commun via Framapad ?

Cliquez sur tous ces liens si vous ne connaissez pas encore, et si vous aimez tester, communiquer, mais que vous ne voulez rien avoir à faire avec Facebook, pourquoi ne pas me rejoindre sur Framasphère ?

Le flux #photo dans Framasphere

Mais comment ça paradoxe ? Pourquoi ? De quoi s’agit-il ?

Disons, hum, que… Framasoft vient de lancer une campagne de « Degooglisation » d’Internet et que… oui, voilà… nous sommes ici sur blogger donc chez Google.

J’ai en projet depuis, pfiou… de migrer ce blog sur WordPress, donc il serait vraiment temps, histoire de rester un peu cohérent, quoi.

En attendant, retrouvons-nous sur ce nouveau réseau !

Intermède

n. m. – 1597 ;
1. Divertissement, représentation entre les actes d’une pièce de théâtre, les parties d’un spectacle.
2. Ce qui interrompt qqch., sépare dans le temps deux choses de même nature.

« La fin d’une année est comme la fin d’une journée et comme la fin d’une vie ; comme l’avenir n’offre alors que nuit et sommeil, naturellement la pensée revient sur ce qui a été fait et devient historienne. »

Alain (Émile Chartier), Propos sur le bonheur (1928)

Bibliothèque du siècle dernier… étoilée…!

Ses tranches sont dorées à l’or fin
Ses pages fatiguées sont légèrement tachées
Une sorte de cachet indique pompeusement « PARIS. HENRI PLON. imprimeur. »
Il s’est décalqué sur la page qui lui fait face
Un texte manuscrit, dédicace en date du 17 août 1943
Au dos un dessin gravé protégé d’une fine feuille
Derrière laquelle se cache une seconde gravure
Et enfin :

Les étoiles du monde - Galerie historique des femmes les plus célèbres de tous les temps et de tous les pays
Les étoiles du monde – Galerie historique des femmes les plus célèbres de tous les temps et de tous les pays

Pfiou… ! Woaw…! (et encore, j’édulcore 😉
Allez, extrait :
« …L’amour y joue un grand rôle, car c’est le levier au moyen duquel la femme soulève les poids trop lourds pour elle… »
Ah ? Euh… Comment dire…
« … Il en est fatalement ainsi puisque les hommes sont appelés à gouverner le monde, ou du moins s’y croient appelés, et que la puissance des femmes ne s’exerçant que par l’amour… »
Ok. Direct.
« … Que la femme soit la compagne de l’homme et son égale, quoiqu’appelée dans la vie à remplir des fonctions différentes, cela n’est plus contesté ;… »
Hum.
« … Chez les femmes surtout, ce spiritualisme hors nature a eu de funestes effets ; elles ont rêvé des amours impossibles et passé trop souvent par les sens pour arriver à l’esprit… »
Voilà !

Sur ce, excellente journée et à bientôt 🙂 

En panne de livres ?

Il y a quelques temps déjà, j’ai découvert ce blog, Liseuses de Bordeaux, dont l’adresse m’avait été soufflée… Hop, aussitôt inscrite pour recevoir les nouvelles infos (que je ne lis pas toujours, faute de temps), j’ai trouvé la formule stimulante, et l’écriture plutôt agréable…

Liseuses de Bordeaux

Des billets passionnés, qui donnent (ou non) envie de lire, en offrant un avant-goût singulier d’un ouvrage récemment lu par l’une des Liseuses de Bordeaux, voilà en gros le principe…

Mais on y trouve d’autres choses… Car elles interviewent, aussi ! Elles ont la chance de rencontrer certains des auteurs qu’elles ont lus, à l’occasion d’événements auxquels elles participent.

Et puis, il faut le dire, elles ont fait les choses bien : 5 voies différentes sont proposées pour parcourir le blog et choisir sa prochaine lecture !
Bien entendu, on peut comme avec la plupart des blogs, naviguer par des mots-clés, mais il est également possible de s’aventurer en fonction du genre littéraire, du type de reportage qu’elles ont réalisé, des médias dont elles causent, et surtout des auteurs à propos desquels elles ont écrit !

Si avec tout ça, vous ne trouvez pas vos prochaines lectures…

Trêve de fantaisie

Oui, parce que au départ, j’avais envie de parler de ce que tout le monde mange aujourd’hui (et les quelques jours précédents et suivants), mardi-gras : les fantaisies.
– ….
Si, c’est des beignets, tu vois pas ?
– …
Oui, bon ok, des bugnes, si tu veux.
-…
Non plus ? Des merveilles, alors ? Sinon, des oreillettes, éventuellement.
Puis, finalement, non, je vais raconter autre chose.

J’assiste depuis quelques temps aux séances fort passionnantes d’un séminaire dédié à la BD. Oui, ça existe, c’est ouvert à tous et gratuit et on rencontre des éditeurs, des auteurs, des libraires, même des chercheurs, on cause bande dessinée, quoi.

La dernière séance a été consacrée au travail d’Olivier Jouvray, en tant qu’auteur et éditeur de La Revue Dessinée.

J’ai découvert un raconteur d’histoire captivant, il a livré en quelques heures les grands traits de son parcours perso et pro, et m’a surtout donné envie de lire plus en détails cette fameuse revue dessinée (talent de bonimenteur !).

Il s’agit de documentaires, d’enquêtes ou de reportages qui sont réalisés non pas en vidéo ou en audio, mais sous la forme de bande dessinée. Le premier numéro est sorti à l’automne 2013, le second en hiver et le prochain paraîtra mi-mars.

Environ 220 pages à chaque fois, aux dimensions d’une tablette numérique dont les créateurs sont connus pour avoir un excellent sens du design, et 3 mois pour les lire.

Les 2 premiers numéros de La Revue Dessinée

Selon Olivier Jouvray, pourquoi le dessin a un aspect magique ? Parce qu’on capte et on observe *vraiment* pour dessiner. Il s’agit pour lui d’un artifice qui rend *vivant* les êtres humains. Car on n’existe que par les autres, qui confirment notre existence. Or, le dessin valide cette existence, par le biais des portraits par exemple.
Le reportage en BD donnerait donc une forme de validité à ce qu’on raconte : on « y croit plus » quand c’est dessiné que quand c’est filmé ou pris en photo. Pas au sens de la « Vérité », mais au sens « sans trucage » : celui qui regarde le dessin sait déjà, parce que c’est un dessin, la subjectivité de l’auteur. Elle est implicite. La BD présente également un autre intérêt, essentiel : on peut reconstituer les choses qu’on n’a pas vues mais qui sont rapportées.

Alors effectivement, pourquoi ne pas « regarder » un documentaire en BD ?

PS : je n’ai aucune part dans l’entreprise… 😉

Bibliothèque du siècle dernier… nouvelles perles !

Les romans de la table ronde

Bon… C’est un peu tricher que de dater du siècle dernier, mais nous dirons que bien qu’issu de sources écrites entre les XIIIème et XVème, ce beau bouquin est sorti en 1952, na.

Allez, on commence fort avec celle-ci, qui en ravira plus d’une 😉
« Alors Celui qui devine toutes les pensées les appela. Il parla en premier lieu à Adam, parce que l’homme était plus coupable, sa femme étant de faible complexion et faite de sa côte […] »
– Une autre, une autre !
– Ok… Boum :
« Pourtant cette femme le trompait et le honnissait de son mieux, et jamais il ne put s’en garder : dont il ne faut pas s’émerveiller car, lorsqu’une femme veut employer son coeur et sa tête à ruser, nul homme ne saurait lui résister […] »
– Nan ?
– Eh ! Débat clôt par :
« J’ai fait le tour du monde et j’ai cherché de mon mieux : je n’ai pas trouvé une bonne femme »
Sont pas belles ces perles ? Les 3 sont extraites de Les romans de la table ronde, renouvelés par Jacques Boulenger, 1952.

Sur ce, bonne rentrée !